Annexes

Le Galata

À l'ouest du cloître se trouve un bâtiment du XIIème s. remanié à l'ouest au XVème s., classé "monument historique", dénommé : "le Galata". Il est divisé en deux moitiés. La moitié est, construite en premier, se compose de deux étages; elle servait probablement de réfectoire et de caves. La moitié ouest fut construite un peu plus tard et se compose de trois étages dont aucun ne coïncide exactement avec ceux de la moitié est. Cette moitié ouest servait probablement de maison d'hôtes, jusqu'à sa reconversion en logement de l'abbé commendataire sous Guy de Baudreuil (1492-1531).

Pignon ouest du “Galata”, XIIème et XVIème s.Réfectoire, côté est du “Galata”

La Ferme de l'Abbaye et le portail fortifié

Les bâtiments sis à l'ouest du Galata tenaient lieu de ferme de l'abbaye. On peut encore observer certains éléments originaux malgré les nombreuses modifications intervenues au cours des siècles. La maison du prévôt était aussi située à cet endroit. La porte médiévale fortifiée se trouve entre le Galata et la ferme de l'Abbaye.

La ferme de l'Abbaye et le “Galata” vus du clocher nord de l'égliseLe portail vu de l'intérieur de l'enceinte

Le pigeonnier carré

Il reste toujours un pigeonnier carré au sud du réfectoire des moines. Ce pigeonnier fut déplacé à la suite de la division du complexe abbatial lors de l'arrivée des Jésuites en 1678. Il est classé "monument historique". On peut le visiter et même y dormir depuis que son propriétaire en a fait une chambre d'hôtes : http://www.clos-de-l'abbaye.com/

Le pigeonnier (XVIème s.) à l'ouest du cloitre (détruit) et de l'église

La Ferme Saint-Antoine

La Ferme Saint-Antoine est aujourd'hui hors des murs de l'abbaye; elle en est séparée par la route menant à Ménévillers. Cette ferme était chargée de la culture des terres situées à l'est et au nord-est de l'abbaye.

 

Tapisseries

Une tapisserie représentant Pallas, déesse grecque de la sagesse, de la civilisation, de la guerre, de la stratégie, et son incarnation romaine sous le nom de Minerve, ici d'après un carton de Sandro Botticelli, a été récemment présentée au public dans l'exposition "France, 1500" au Grand Palais à Paris. La tapisserie fait partie de la collection privée des descendants de la famille de l'abbé Guy de Baudreuil, abbé commendataire de 1492 à 1531. Sept autres tapisseries provenant de Saint-Martin-aux-Bois sont actuellement visibles. Deux sont au musée des Arts Décoratifs à Paris : "l'Amour sacré"  et "l'Amour profane", et cinq au Metropolitan Museum of Art à New York, dans le département des arts médiévaux, regroupées sous le titre : "la chasse au cerf fragile". La dernière des cinq reproduite ci-contre montre le poète avec un tableau sur lequel est écrit l'épilogue de l'histoire racontée dans les quatre précédentes. Toutes les huit ont été réalisées sous Guy de Baudreuil, elles portent les armes de l'abbaye ainsi que celles des Baudreuil. Sur les deux photographies on peut voir très distinctement les armes de l'abbé commendataire.

 "Pallas", tapisserie du début du XVIème s.La chasse au cerf fragile